Tissage

Fabriquer un métier à tisser en bois : ma version grand format

Fabriquer un métier à tisser en bois peut se révéler une excellente idée, économique et pas trop compliquée. La seule véritable contrainte, c’est d’avoir à sa disposition le matériel adéquat…

Est-ce que ça vaut forcément le coup ?

Il y a quelques mois, je vous avais présenté un article assez complet sur les différents métiers à tisser disponibles dans le commerce. En petit ou moyen format, les références se révèlent assez nombreuses. Mais pour les grands métiers à tisser, hormis celui de Buttinette qui offre un très bon rapport qualité-prix, l’investissement est plus important. En effet, il faut se diriger vers Etsy et ses créateurs pour envisager le tissage contemporain XXL. Il y a par exemple les métiers à tisser de Funemstudio qui ont l’air parfaits, si on omet de s’attarder sur le prix. C’est clairement un autre budget, qui vient s’ajouter à celui plus ou moins conséquent de la laine…

Fabriquer un métier à tisser en bois : ma version grand format

Alors qu’avec un peu de bricolage et de motivation, il est tout à fait possible, pour moins de 15 euros de matières premières, de fabriquer un métier à tisser XXL ! Pas sûre que ce soit aussi rentable pour un petit format, mais si vraiment c’est ce que vous voulez, la marche à suivre reste la même !

Fabriquer un métier à tisser, c’est compliqué ?

Fabriquer un métier à tisser en carton, c’est un jeu d’enfant ! En revanche, sa version boisée donnera forcément un peu plus de fil à retordre… Ainsi, si j’ai acheté le matériel nécessaire à la fabrication de mon grand métier à tisser en 2015 ou 2016 il me semble, il aura fallu attendre 2 ou 3 ans pour le terminer (l’été dernier). En effet, sans le matériel de bricolage adéquat, impossible d’en venir à bout plus tôt… Et ce n’est pas faute d’avoir essayé !

>> A lire aussi : Tissage contemporain : tous mes conseils pour s’y mettre

Quel matériel ?

Pour le cadre du métier à tisser en bois, je suis allée chez Castorama, et j’ai acheté une latte de bois tendre de forme carrée. Comme cela remonte très longtemps, j’espère ne pas me tromper en vous donner cette référence, mais ça ressemble fort à ce que j’ai (j’ai mesuré !). La largeur est de 2,5 cm et la longueur de 2,4 m. Une latte m’a suffit pour faire les 4 bords du métier.

Pour les écrous à oreilles et autres éléments de visserie, le rayon de votre quincailler habituel vous sera d’une plus grande aide que mes souvenirs.

J’ai également pris une latte en bois tendre de 2 cm de large et 2,4 m de long, pour créer deux barres supports amovibles. J’y reviendrai plus tard. Pour les fixer, j’ai utilisé du scratch acheté chez Sostrene Grene, des clous et de la colle.

Enfin, pour la partie bricolage, j’ai utilisé ma super Dremel 8220, et mon mari a fait quelques découpes à la scie sauteuse.

J'ai fait moi-même mon métier à tisser en bois !

Comment on fait ?

Je ne vous ferai pas un tutoriel détaillé, pas à pas de ce métier à tisser, parce que l’exactitude des gestes fait défaut à ma mémoire. Je vais cependant faire au mieux pour vous en dresser les grandes lignes.

Tout d’abord, j’ai détaillé dans la latte de 2,5 cm, 2 morceaux de 50 cm de long et 2 de 65 cm.

Les petits ont accueilli les fentes qui maintiennent le fil de tissage. Les grands sont sur les bords à gauche et à droite. J’ai d’ailleurs oublié de préciser que mon métier à tisser en bois XXL était démontable. C’était en effet un souhait de mon mari pour que je n’encombre pas trop l’appart (spoiler : c’est raté).

A la scie sauteuse, mon mari a découpé une encoche à chaque bout des morceaux de 65 cm. Et dans ceux de 50, il a fixé aux 4 extrémités (2 x 2) des « vis sans tête » (je ne connais pas le terme adéquat, désolée). Elles permettent, avec les écrous à oreilles, d’assembler les quatre morceaux de bois ensemble.

Fabriquer un métier à tisser en bois : ma version grand format

Jusque là, point de difficulté. Mais pour les fentes du métier à tisser, c’est une autre histoire. En effet, il y a beaucoup de fentes, qu’il faut faire une à une. Sans le bon matériel, c’est quasi impossible. Ou alors c’est tellement laborieux que vous aurez envie de bazarder votre métier à tisser en cours de fabrication très rapidement. Au départ, on a essayé à la scie à métaux. No way. Et d’autres scies, sans plus de réussite… Alors, on a remisé le métier à tisser pas terminé dans un coin, jusqu’à ce que, deux ans plus tard, on me prête une Dremel. Révélation ! J’avais enfin à disposition un matériel adapté à mon projet. Je vous recommande vivement cet outil. Même pour une bricoleuse débutante pas douée (genre moi-même), ça se manie à merveille !

Grâce à un disque à tronçonner, j’ai pu découper mes fentes proprement, presque comme dans du beurre. J’ai également marqué un cran d’arrêt à l’arrière, pour que les fils soient bien maintenus.

Les fentes du métier à tisser

Bon évidemment, pour la précision, je ne peux que m’améliorer. Mais globalement, c’est exactement ce qu’il fallait obtenir. Et même si ce n’est pas une excuse, vu le nombre de fentes à creuser, on n’est pas à 1 ou 2 mm près…

Pour la finition, j’ai utilisé de la peinture acrylique Cultura et du masking tape. Avec ceux-ci, j’ai pu dessiner de petites bandes de couleur. Ça donne un petit effet entre le boho et le scandinave qui me plaît tout à fait !

La touche déco du métier à tisser

Et voilà pour le métier à tisser en bois, si on ne s’intéresse qu’au cadre indispensable ! Néanmoins, dans un soucis de praticité et de confort, j’ai ajouté un petit bonus…

Comment tisser confortablement sur un grand métier à tisser ?

En l’état, un tel métier à tisser est quasiment impraticable. En effet, assis ou debout, vous aurez du mal à le tenir en place. Je m’explique ! Confortablement installé(e) dans le canapé, nous ne pourrez pas le bloquer sur vos genoux : à moins d’écarter les jambes très largement, ce qui n’est plus du tout une position confortable, le cadre est trop grand ! Idem, installé sur un chevalet de table comme le mien, ses dimensions ne permettront pas de le fixer solidement au support. Donc, on fait quoi ? Et bien, on s’adapte !

Au dos de mon métier à tisser, sur les longueurs, j’ai positionné du scratch (côté doux) tout du long. J’ai ensuite préparé deux morceaux coupés dans ma latte de 2 cm de large (mais un seul suffit, dans les faits), de 55 cm de long. J’ai fixé l’autre moitié de scratch (à picots) à chaque extrémité, tout autour. On peut l’apercevoir sur la photo ci-dessous…

La barre amovible permet de caler le tissage sur ses jambes, notamment.

 

Ainsi, j’ai une barre qui peut se déplacer selon les besoins. Cela me permet de caler le métier sur mes genoux, ou sur mon chevalet. Le tout est 100% démontable.

Mais si vous préférez un grand métier non démontable, ne vous cassez pas la tête, cloutez cette barre ! En revanche, le fait d’avoir les barres du haut et du bas amovibles permet de resserrer le fil de chaîne. Indispensable !

Vous savez tout, à vous de jouer !

Voici mon grand métier à tisser, fabriqué main !

Mon tissage conemporain XXL en cours

Fabriquer un métier à tisser en bois : ma version grand format

Le haut du métier à tisser, amovible

 

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.