Aller au contenu

Dall.E 2 : l’intelligence artificielle au service de la créativité ?

C’est un article un peu particulier que je vous propose aujourd’hui. En effet, j’ai pu découvrir Dall.E 2, une passionnante intelligence artificielle « capable de créer des images réalistes et de l’art à partir d’une description en langage naturel ». Concrètement, vous décrivez textuellement une image tout droit sortie de votre imagination et l’IA vous en propose quatre versions numériques. Incroyable, non ? Mais si la technologie est d’une puissance folle, elle offre aussi matière à réflexion, notamment en terme de propriété intellectuelle et d’usage moral…

Quelques exemples avec Dall.E 2

Le meilleur moyen de vous présenter cet outil est encore d’en montrer quelques productions.

Par exemple, avec le texte, « watercolor portrait of a tabby cat wearing a napoleon costume and holding a cup of tea », voici ce que j’ai obtenu :

watercolor portrait of a tabby cat wearing a napoleon costume and holding a cup of tea

Est-ce bien le portrait d’un chat tigré, portant un costume de Napoléon et tenant une tasse de thé, peint à l’aquarelle ? Oh que oui ! Bluffant non ?

Et ça ? « pencil drawing of a tabby cat wearing a crown of flowers on the head »

pencil drawing of a tabby cat wearing a crown of flowers on the head

Dites vous bien cela : aucun humain n’a peint ces tableaux à l’aquarelle. Aucun humain n’a dessiné ces chats au crayon à papier. Ces œuvres n’existaient pas avant que mes doigts ne tapent sur mon clavier la suite de lettres qui les décrit. Et quelqu’un qui écrirait la même chose n’obtiendrait pas le même résultat. Ni moi, d’ailleurs, si je lançais à nouveau cette requête. Ce n’est que le fruit de datas, compilées sans fin par des machines, et qui « fabriquent », sans la moindre imagination, des images d’une qualité (généralement) sidérante.

Autre essai : « oil painting of a cat playing chess with a mouse »

oil painting of a cat playing chess with a mouse

Si certaines truffes ont visiblement un petit soucis, l’idée est globalement là. Et une fois de plus, l’IA a bien interprété ma demande.

Un outil qui se mérite

Ces trois exemples vous donnent envie d’essayer sans attendre Dall.E 2 ? Minute ! Il va falloir vous armer de patience. En effet, les listes d’attente sont de rigueur et imposent d’attendre sagement son tour. Combien de temps ? Aucune idée ! Ma propre demande d’accès n’a pas encore été validée. En revanche, celle de mon mari l’a été. C’est donc avec son compte que j’ai pu appréhender le potentiel de l’AI.

Mais pas question de lancer des requêtes à tout va. Dall.E 2 limite, à raison, les recherches. Ainsi, on bénéficie de 50 crédits gratuits à la création de son compte, puis de 15 crédits gratuits chaque mois, qui ne sont pas reportés le mois suivant. Il est en revanche possible d’en acheter des payants, à raison de 15$ pour 115 crédits valables 1 an.

L’épineuse question de la propriété intellectuelle

Qui est l’auteur de ces oeuvres ? Dall.E ? Moi ? Les deux ? Personne ? Peut-on les utiliser librement, en s’en attribuant ou non la création ? Le sujet est complexe, et il est difficile d’apporter une réponse, tant le flou juridique est total à l’heure actuelle.

Je vous invite à lire cet article très clair de Next-Impact : DALL·E 2 génère des images à partir d’un texte : un résultat bluffant, des défis juridiques

Et puis, gardons en tête que ces IA, même si elles ont encore une bonne marge de progression, pourraient à terme, si elles sont utilisées à mauvais escient, venir remplacer de « vrais » créateurs, humains, au savoir-faire parfois acquis après de nombreuses années de pratique. Là aussi, il est primordial de ne pas tomber dans des dérives dangereuses mais d’apporter un cadre juridique clair, quel qu’il soit.

D’un usage réfléchi au service de la création

D’un point de vue tout à fait personnel, je ne me sens pas capable de m’attribuer les « œuvres » que je vous ai présentées au dessus. Certes, elles n’auraient pas existé sans moi, sans la succession de mots qui viennent bien de mon petit cerveau. Mais j’aurais été incapable de produire ne serait-ce qu’une ébauche grossière de ces images. Regardez les chats dessinés au crayon . C’est tout bonnement incroyable que ce ne soit pas une main humaine qui en soit à l’origine !

Alors, Dall.E, j’oublie ? Bien sûr que non ! Car si la paternité de ces créations pose un problème juridique et moral aujourd’hui, il me semble pertinent de l’utiliser non pas comme une fin en soi, mais comme un outil d’inspiration.

Je m’explique. Parfois, on a une idée de thème de dessin ou de peinture, mais la technique fait défaut pour se lancer.

Démonstration par l’exemple : j’ai envie de faire une illustration numérique d’une jeune femme tenant un chat dans les mains. Je suis en plein apprentissage de Procreate et le sujet m’inspire. Mais je ne sais pas dessiner un chat. Et pour les visages, c’est encore laborieux. Mais plus que tout, mon gros blocage, ce sont les postures.

1er essai

J’ai donc demandé de l’aide à Dall.E 2 : « mucha style painting of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms ». J’aime le style de Mucha, ça me semble une bonne idée pour voir ce que l’IA pourrait proposer.

mucha style painting of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms

Le résultat est assez inégal sur les visages, mais les postures sont chouettes. Certains chats sont vraiment beaux, et même si je peine à retrouver le style graphique de Mucha, j’ai le sentiment d’être sur la bonne piste.

2ème essai

« watercolor painting in a alfons mucha of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms »

watercolor painting in a alfons mucha of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms

La requête est similaire, mais j’ai demandé de l’aquarelle.

3ème essai

Je tâtonne sur ma requête et tente un autre style graphique. Je cherche encore l’image qui fera tilt : « illustration in the style of alfons mucha of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms »

illustration in the style of alfons mucha of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms

Coup de cœur pour la troisième mais je préfère chercher encore un peu.

4ème essai

« illustration in the style of botticelli of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms ». Bon, là, la référence à Sandro Botticelli, je la cherche encore dans le style, même si la posture de la 4ème est sympa.

illustration in the style of botticelli of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms

5ème essai

Ne souhaitant pas griller tous les crédits gratuits, je termine avec « painting in the style of sandro botticelli of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms ». Il est temps de s’arrêter, parce que les anomalies commencent à poindre. Regardez la première image : la femme a 6 doigts. Et la deuxième a 3 mains. Normal !

painting in the style of sandro botticelli of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms

De l’inspiration à la création

Que pensez-vous de ces images ? Evidemment, elles ne sont pas parfaites, et personnellement, ça me convient ! Si les IA sont capables de réaliser de tels dessins/peintures/photos, c’est quand même carrément flippant pour la suite si elles sont utilisées par des personnes peu scrupuleuses. En tous cas, moi, ça m’a donné matière à travailler ensuite sur mon iPad.

J’ai finalement décidé de garder cette image comme référence :

watercolor painting in a alfons mucha of a young blonde woman, with blue eyes, wearing a long dress and flowers in her hair, with a tabby cat in her arms

Après de nombreuses heures de travail, j’ai dessiné ça :

Jeune fille au Chat

Si la posture est la même, le dessin, le style, le trait sont bien de moi. Et là, aucun doute sur la propriété intellectuelle de cette création, c’est bien le résultat combiné de ma main et de mes idées/de mon cerveau. Cela aurait sans doute été plus discutable si j’avais tenté de reproduire le même style de peinture, aux couleurs et traits près, que Dall.E 2.

Bref, voilà pour la présentation de Dall.E 2, du point de vue d’une créative. Je suis curieuse de découvrir votre avis sur tout cela. Pour ma part, j’essaie de tempérer mon enthousiasme devant les bluffantes productions de l’IA par la nécessité de l’utiliser au mieux, avec conscience. 🙂

 

 

A voir aussi : une vidéo de Benzaie qui teste Dall.E 2.

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les prochains articles du blog !

Pas de spam ! Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.

Étiquettes:

1 commentaire pour “Dall.E 2 : l’intelligence artificielle au service de la créativité ?”

  1. Merci pour toute ces infos, j’avoue que je ne connaissais pas du tout DALL.E. Pour une slasheuse comme toi c’est une vraie source d’inspiration bien que ton dessin est vraiment le tien dans ses teintes et ses traits . Je trouve le concept innovant. Bravo pour la trouvaille. Bise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.