Reliure : zoom sur 3 carnets à spirales faits main

Il y a bien des techniques de reliure, notamment cousues. On peut citer la reliure copte, à la française, japonaise… Et puis il y a les reliures métalliques, qu’on pose à l’aide d’une relieuse. Certes, les spirales, c’est moins intéressant, d’un point de vue savoir-faire. Mais de l’autre côté, cela permet de fabriquer des carnets facilement, très maniables et esthétiques. Je vous présente trois de mes réalisations et le matériel utilisé !

Reliure : zoom sur 3 carnets à spirales faits main

Quel matériel pour des reliures en métal ?

Une petite relieuse

Il existe plusieurs modèles de relieuses créatives. La Cinch, par exemple, de la marque We r memory keepers (qui change de nom pour We r makers), semble être une bonne référence, notamment dans sa dernière version Multi Cinch. Avec ses perforatrices amovibles, elle propose différents types de trous pour les spirales. Le seul inconvénient, qui m’a dissuadée de l’acheter, c’est son prix (très fluctuant selon les sites, entre 112 et 149€). J’aime la reliure, mais j’essaie quand même de faire attention à mon budget DIY ! Je me suis donc rabattue sur un modèle plus simple et moins cher, la Bind It All de Zutter, vendue chez Craftelier. Au prix actuellement de  65,99€, c’est quand même plus abordable.

Bind it all de Zutter

Je l’avais commandée en même temps que mon set de guides de reliure, et je ne regrette pas l’achat ! Une fois qu’on a bien compris comment ça fonctionne (merci les vidéos sur Youtube), ça roule tout seul !

Des spirales de reliure en métal

Si je ne devais relever qu’un seul bémol, c’est sur ce point. Pour le moment, je n’ai pas trouvé de solution idéale pour me fournir en spirales. J’en ai quelques unes d’avance achetées chez Craftelier, mais j’aurais aimé trouver une façon de commander « en gros ». Et encore que, en gros, c’est vite dit ! Il ne semble pas exister de conditionnement en 10 ou 20 spirales. C’est soit 2, soit 100. Autant vous dire qu’il y a un monde entre les deux !

Pour couper à la bonne taille les spirales, j’utilise une de mes pinces à bijoux. Dans un lot de 2 spirales, j’ai du faire 4 ou 5 carnets, de format A6, ce qui reste raisonnable.

Des oeillets et de l’élastique

J’aime bien intégrer un système de fermeture par élastique à mes carnets (qu’ils soient à spirales ou non). Pour cela, je fais des trous avec la Crop-A-Dile II Big Bite Blue, toujours de We r makers. Et avec la même machine, je pose les oeillets qui maintiennent l’élastique en place. C’est hyper efficace ! Pendant longtemps, j’ai utilisé une petite perforatrice de bureau, qui était un calvaire pour poinçonner. Puis je me servais d’une pince à oeillets bas de gamme, au rendu pas toujours très net. Je suis donc bien contente d’être passée à du matériel beaucoup plus fiable !

Crop a dile

Et le reste ?

Pour ce qui est du matériel pour la partie plus traditionnelle de la reliure, je vous invite à regarder du côté de mon article sur mon matériel de reliure créative !

Mon carnet de généalogie

Couverture

C’est un tissu liège avec des incrustations or, déniché en promo à -70% pendant les soldes chez Cultura qui recouvre le carnet à spirales.

Description

J’ai passé pas mal de temps pour ce carnet, que j’adore ! D’abord j’ai pris des risques sur la couverture. Utiliser du liège doré n’a pas été forcément simple, je ne savais pas si la colle allait prendre. Ensuite, j’ai failli tuer mon imprimante en lui faisant imprimer mon modèle de page en format A6. Autant vous dire qu’elle n’a pas trop apprécié la petite taille de mes feuilles, enchaînant bourrage papier sur bourrage papier. Mais ça en valait la peine, parce que mon carnet de généalogie est parfait pour accueillir le fruit de mes recherches sur mes ancêtres ! Chacun a sa fiche, avec les infos indispensables (numéro Sosa, dates, etc) et je peux même ajouter des photos noir et blanc imprimées avec ma petite imprimante thermique Peripage (une bonne trouvaille de brocante l’an dernier !).

En images

Mon carnet de lecture

La couverture

J’ai utilisé un papier japonais Adeline Klam, coloris turquoise et pois doré.

Description

Incontestablement, c’est un de mes plus beaux carnets faits main. Il faut admettre que le papier japonais joue énormément dans ce verdict. Je l’avais mis de côté depuis des années, n’osant pas le gâcher dans un projet bancal…  Alors, pour être à la hauteur de cette petite merveille, j’ai mis le paquet ! J’ai soigné la fabrication de la couverture, mais aussi l’intérieur. En plus de mes feuilles imprimées lignées*, j’ai crée des pages intercalaires pour chaque mois. Parce que oui, ce carnet à spirales s’inscrit dans le cadre du Bilan Lecture 2023 (et 2024 puisque j’ai vu large sur le nombre de feuilles 😅). Il faut donc que je puisse bien ranger les romans et BD lus ! Bref, les intercalaires sont réalisés avec une perforatrice à onglets bien pratique.

*Pour les pages, je partage avec vous mon petit secret (déniché je ne sais plus où/quand/comment sur Instagram) : un générateur de pages gratuit, qu’elles soient lignées, à pois (façon bullet journal) ou encore à grille. Ne me remerciez pas 😉 (enfin, si, si vous voulez, 😉 !).

En images

Mon carnet « do more of what makes you happy »

La couverture

Elle est réalisée avec un tissu coton (qui me sert habituellement pour mes broderies ), imprimé avec la Printmaker de We r makers.

Description

Lui, c’est le petit dernier ! L’intérieur est exclusivement constitué de feuilles blanches. L’intérêt réside donc plutôt dans sa couverture, réalisée en tissu. J’ai utilisé un coton écru, que j’utilise, comme je viens de l’écrire, pour mes broderies. Je n’ai pas la référence exacte en tête, mais ça vient de la boutique Bouchara de Versailles. Et pour personnaliser le carnet, j’ai utilisé l’imprimante Printmaker (encore et toujours de la marque We r makers, qui a décidemment une gamme de produits géniale). Cela méritera prochainement un article dédié, mais en attendant je peux vous dire que je voulais la tester sur du tissu, et il suffit de regarder les photos pour voir que ça fonctionne impec’ !

En images

Voilà donc 3 carnets très différents, très agréables à réaliser et à utiliser. Moi qui adorais accumuler les carnets mais n’osais pas les utiliser de peur de les gâcher, je suis désormais complètement guérie ! Je peux désormais les collectionner ET les utiliser, puisque j’ai toute latitude pour en faire autant que je veux. Et ça, ça n’a pas de prix !

Reliure : zoom sur 3 carnets à spirales faits main

Cet article contient des liens d’affiliation pour des produits testés et approuvés ou vers des sites marchands de confiance. Cela n’impacte aucunement les prix des produits que vous visiterez.
En revanche, si vous faites un achat, une commission me sera reversée : cela contribue aux frais liés à ce blog, et donc à le faire vivre !

Ne manquez pas mon prochain article.
Pour cela, rien de plus simple, inscrivez-vous à la newsletter.
C'est gratuit et garanti sans spam !

Nelly Glassmann
Nelly Glassmann

Slasheuse créative / consulting en éditorial web déco-lifestyle / blogueuse passionnée deco DIY &food / animation d'ateliers créatifs / design d'intérieur, etc.

Articles: 455

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.