DIY : J’ai testé la personnalisation de mug par sublimation

Jusqu’à récemment, pour customiser une tasse blanche chez soi, il fallait faire avec les moyens du bord : POSCA ou autres feutres à porcelaine, vinyle adhésif… Ces techniques avaient l’avantage d’être très accessibles car faciles à mettre en pratique. Mais leur gros défaut était leur tenue assez aléatoire, notamment pour affronter les rayures et les passages au lave-vaisselle. Heureusement, on trouve désormais des presses à mugs ou mug press, qui offrent l’opportunité, à la maison, d’utiliser une technique avant réservée aux pros : la sublimation. J’ai testé pour vous !

La sublimation, qu’est-ce que c’est ?

La sublimation est un processus d’impression spécial qui consiste à transférer des encres spécifiques sur la surface du mug en utilisant la chaleur et la pression. Cela permet d’apposer des designs, des images ou des textes personnalisés de manière durable sur une tasse. L’avantage le plus flagrant de cette méthode de customisation de mug, c’est la forte résistance au lavage et à l’usure.

Il existe plusieurs manières d’utiliser les encres de sublimation, à ma connaissance : l’impression sur papier avec une imprimante à encre de sublimation, les stylos-feutres à encre spéciale et les feuilles de transfert de sublimation.

Quelle machine pour pratiquer la décoration de mug ?

La première fois que j’ai entendu parler des presses à mugs, c’était lorsque Cricut a lancé sa Mug Press. Le concept était sympa, le prix, beaucoup moins à mon goût (199€). En effet, j’essaie toujours d’appréhender les achats créatifs selon leur usage et ma capacité à les rentabiliser au mieux. Et là, franchement, vu mon usage, j’ai toujours eu des doutes (contrairement à une machine comme la Maker dont je suis une inconditionnelle).

Et puis, cet été, j’ai été contactée par la marque VEVOR, spécialisée dans les équipements et outillages à prix accessibles. Leur gamme est très axée vers les professionnels, mais le grand public n’est pas exclu, grâce à des produits créatifs (machine à badge, tour de potier, sérigraphie, imprimerie…) aux tarifs attractifs. Pour me faire une idée de leur offre, il m’a été proposé de tester la Mug Heat Press. Et c’est donc avec l’optique de vérifier que ça valait de coup que j’ai dit oui.

Machine VEVOR de sublimation pour tasse

Alors, à 58,99€, est-ce que cette Mug Press est un achat intéressant ? Je vous dis tout !

La presse à chaud pour tasse VEVOR

Commençons par évoquer l’appareil en lui-même. La presse à chaud de VEVOR permet d’envelopper le pourtour d’une tasse, et sous l’effet de la chaleur dispensée de manière uniforme, de lui transférer les encres de sublimation. La machine en elle-même m’a beaucoup plu par son petit format (c’est d’ailleurs le plus petit produit du catalogue VEVOR) et son fonctionnement très simple. Elle est fournie avec une paire de gants thermiques pour se protéger de la haute température du mug après sublimation, ainsi que du scotch spécial et du papier de sublimation. Je ne me suis pas penchée sur ce dernier, à défaut d’avoir une imprimante adaptée.

Mug Press

Quel matériel pour la sublimation ?

En recevant la « presse à chaud pour tasse » de VEVOR, j’ai d’abord paniqué devant le matériel qu’il allait me falloir, car je n’avais rien à disposition chez moi. C’est aussi à ce moment-là que je me suis vraiment renseignée sur ces histoires d’encres de sublimation, et que l’un dans l’autre, j’ai eu quelques sueurs face aux dépenses que ça risquait d’engranger. Soyons clairs : si pour faire mes propres mugs, ça me coûte plus cher que d’en acheter dans le commerce, je ne vois pas trop l’intérêt… J’ai donc pris le temps de faire les bons choix.

Pour faire simple, comme évoqué plus haut, j’ai identifié trois manières de faire de la sublimation sur un mug :

  •  imprimer sur du papier spécial, avec des encres de sublimation
  • utiliser des feutres spéciaux
  • prendre des feuilles de transferts à motifs prêtes à l’emploi

Le premier point, je l’ai écarté tout de suite. J’ai une imprimante laser à la maison, rien de compatible avec la sublimation.

Les feutres spéciaux, ce sont les Infusible Ink de Cricut. Il faut compter 60/65 euros pour une trentaine de feutres : no way ! C’est plus cher que la presse à chaud de VEVOR ! Même d’occasion, ça fluctue autour des 50 euros. Quant au lot de 5 feutres, il est à 17,99€. Next !

Je me suis donc rabattue sur la dernière option puisque c’était la manière la plus économique de tester cette machine. J’ai écarté les feuilles de transfert de la marque Cricut, qui, à l’image des feutres, représentent un budget conséquent. De ce fait, j’ai cherché ailleurs une alternative, que j’ai trouvée sur Aliexpress : les feuilles Lucky Goddness, qui présentent une jolie variété d’imprimés très sympas ! J’ai acheté 3 feuilles marbrées de 30 x 30 cm, ça m’a coûté 8,85 € (livraison gratuite en 10 jours pour 10 euros d’achat). 

Quant aux tasses, j’avais encore dans mes affaires une tasse Cultura (cf le lien tout en haut de cet article, quand j’avais testé la déco de tasse avec des feutres spéciaux, en 2018…), mais ne voulant pas prendre le risque que la sublimation ne fonctionne pas dessus, j’ai préféré investir dans de la vaisselle assurément fiable… Et j’ai profité d’une promo sur Amazon pour acheter un lot de 2 tasses de la marque… Cricut (6 euros au lieu de 7,49€, à ce moment-là). Quand j’aurai plus de temps, je chercherai s’il existe d’autres marques à bon prix, mais en attendant, ça me convenait ! 3 euros la tasse, ça reste raisonnable 🙂

Le test de la Mug Press de VEVOR

La prise en main de la machine est très simple, pourvu qu’on prenne le temps de lire la notice en anglais. Après avoir vérifié que la presse est paramétrée en Celsius et non en Fahrenheit, il n’y a que deux choses à définir : la température de chauffe et le temps de sublimation. Mes feuilles Lucky Goddness indiquaient 180 secondes à 190°C.

J’avais prévu, au départ, pleine d’enthousiasme, de détailler un motif à la Cricut Maker. Mais mon visuel était trop petit, et la découpe s’est révélée foireuse. Pour éviter toute contrariété supplémentaire, j’ai donc balayé les difficultés en utilisant un simple rectangle de papier… L’objectif de ce premier test était de bien appréhender le fonctionnement de la bête, pas de m’arracher les cheveux.

Presse à chaud pour tasse VEVOR

Avec le scotch thermique fourni, je n’ai rencontré aucun problème pour fixer ma feuille de transfert sur la tasse. Il faut juste veiller à ce que celle-ci sont bien propre et dénuée de toute poussière.

Petit conseil : avant de faire chauffer la machine, essayez à froid de caler le mug, afin de régler la pression de l’enrobage et pouvoir fermer le système. La préchauffe est hyper rapide.

La tasse est prête !

Après avoir attendu 3 minutes que l’appareil émette son Bip, j’ai sorti la tasse à l’aide de mes gants (que j’avais aussi pour l’insérer, on n’est jamais trop prudent !) et je l’ai posée sur un dessous de plat en liège.

Mise en place de la tasse dans la Mug Press

Après avoir gentiment patienté que ça refroidisse pour retirer le scotch sans me brûler les doigts, voilà le résultat !

Tasse sublimée

Je suis bluffée, la sublimation a super bien fonctionné ! Le motif est brillant, bien intégré à la céramique. J’aurais pu laisser un peu plus longtemps, ça aurait éclairci les couleurs, si j’en crois la notice. Mais c’était l’objectif de ce premier test, pouvoir jauger des temps et températures.

Verdict ?

Je valide cette Mug Press VEVOR ! Son petit prix, son faible encombrement, ses accessoires, et la possibilité de trouver des feuilles de transfert à prix raisonnable m’ont convaincue ! Il faut vraiment que j’essaie à nouveau une découpe préalable à la Cricut Maker, histoire d’avoir un mug un peu plus original, mais en l’état, c’est déjà très encourageant. D’ailleurs, mon fils aîné, en voyant la tasse, a cru que je l’avais achetée dans le commerce. 😎

Comme la création de mugs est un peu limitée chez moi par mon placard de cuisine déjà bien fourni en tasses, j’envisage plutôt d’en réaliser pour les offrir. Cadeaux pour maitresse ou anniversaire, ça peut le faire ! Autre alternative pour utiliser cette machine, faire de la sublimation sur verre. Je ne manque pas de bocaux à la maison, ça m’inspire bien d’essayer dessus aussi. Affaire à suivre !

Bon plan : 5% de réduction à valoir sur tous les produits du catalogue VEVOR avec ce code DISCOUNT23 (livraison gratuite en France)

MUG press de VEVOR

La presse à mug à chaud m’a été offerte par VEVOR pour tester, l‘article n’est pas sponsorisé.
Le reste du matériel a été acheté par mes soins.

Cet article contient des liens d’affiliation pour des produits testés et approuvés ou vers des sites marchands de confiance. Cela n’impacte aucunement les prix des produits que vous visiterez.
En revanche, si vous faites un achat, une commission me sera reversée. Cela contribue aux frais liés à ce blog, et donc à le faire vivre !

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les prochains articles du blog !

Pas de spam ! Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.

Nelly Glassmann
Nelly Glassmann

Slasheuse créative / consulting en éditorial web déco-lifestyle / blogueuse passionnée deco DIY &food / animation d'ateliers créatifs / design d'intérieur, etc.

Publications: 441

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.