Bilan lecture 2023 : les livres et BD lus en mars et avril

Qu’est-ce que j’ai lu de beau ces derniers mois ? Pas mal de trucs sympa que je suis ravie de partager avec vous aujourd’hui ! Le fait de consigner chacune de mes lectures dans mon carnet dédié m’aide beaucoup à maintenir le rythme, au fil des jours comme des pages. C’est efficace, puisque ce sont 10 romans, 1 documentaire et 5 bandes dessinées que je vous présente !

Mars 2023

Le coup de coeur

En attendant Bojangles, d’après le roman d’Olivier Bourdeaut, par Ingrid Chabbert et Carole Maubert

En attendant Bojangles, d'après le roman d'Olivier Bourdeaut, par Ingrid Chabbert et Carole Maubert

Résumé : Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui mène le bal, c’est la mère, imprévisible et extravagante. Elle n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

Mon avis : Cette adaptation graphique du roman « En attendant Bojangles » est une petite merveille. Je n’ai pas (encore ?) eu l’occasion de lire le livre d’Olivier Bourdeaut, c’est donc par simple curiosité que je l’ai emprunté à la bibliothèque. Bien m’en a pris. J’ai trouvé ça très chouette, pétillant, touchant, beau et même poignant.

Les autres livres lus

Le bal des folles, d’après le roman de Victoria Mas, par Arianna Melone et Véro Cazot

Le bal des folles, d'après le roman de Victoria Mas, par Arianna Melone et Véro Cazot

Résumé : Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, et autres mousquetaires. D’un côté, les idiotes et les épileptiques ; de l’autre, les hystériques, et les maniaques. Ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations du professeur Charcot, neurologue fameux qui étudie alors l’hystérie. Parmi ses patientes, Louise, Thérèse, ou Eugénie. Parce qu’elle dialogue avec les morts, cette dernière est envoyée par son propre père croupir entre les murs de la Salpêtrière. Mais la jeune femme n’est pas folle, et le Bal qui approche sera l’occasion d’échapper à ses geôliers.

Mon avis : Cette fois-ci, j’avais déjà lu le roman original avant de me plonger dans son adaptation. Je connaissais l’histoire, que j’avais appréciée. Même verdict pour la BD.

La vie est facile, de t’inquiète pas, d’après le roman de Agnès Martin Lugand, par Véronique Grisseaux et Cécile Bidault

La vie est facile, de t'inquiète pas

Résumé : De retour d’Irlande, Diane est bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle se lance à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, au  » Gens heureux lisent et boivent du café « , qu’elle rencontre Olivier. Il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car elle ne peut se remettre de la perte de sa petite fille. Bientôt, un événement inattendu va venir bouleverser les certitudes de Diane quant à ses choix pour lesquels elle a tant bataillé. Aura-t-elle le courage d’emprunter un autre chemin ?

Mon avis : J’ai le vague souvenir d’avoir lu et peu apprécié le roman il y a quelques années. Et bien, pas de bol, cette adaptation ne m’a pas davantage enchantée (quand bien même le trait du dessin est plutôt joli). Next.

Au bonheur des filles, d’Elizabeth Gilbert

Au bonheur des filles, d'Elizabeth Gilbert

Résumé : Du haut de ses 19 ans, Vivian sait déjà qu’elle ne veut pas du destin tout tracé par ses parents. Mais de sa bulle protégée, elle est loin de s’imaginer le tourbillon incroyable qu’est New York au début des années 1940. Alors, quand après un énième échec scolaire elle est envoyée chez sa tante Peg qui possède un théâtre en plein Times Square, Vivian n’en croit pas ses yeux. Entre la ville qui vibre sans cesse et la troupe d’artistes et de danseuses qui cohabitent joyeusement dans le théâtre, Vivian découvre l’exubérance, la fête et la liberté. Surtout auprès de sa nouvelle amie Celia, une sublime showgirl très émancipée pour l’époque… Mais un faux pas lors d’une virée nocturne fera hélas chavirer le nouveau monde de Vivian et la renverra à la case départ.

Mon avis : J’ai bien aimé cette plongée dans l’Amérique méconnue des années 40, où on suit Vivian, une jeune fille de bonne famille, qui découvre le monde de la nuit New-Yorkaise dans tous ses excès et s’y laisse entraîner jusqu’à s’y perdre…

Hamnet, de Maggie O’Farell

Hamnet, de Maggie O'Farell

Résumé : Un jour d’été 1596, dans la campagne anglaise, une petite fille tombe gravement malade. Son frère jumeau, Hamnet, part chercher de l’aide car aucun de leurs parents n’est à la maison… Agnes, leur mère, n’est pourtant pas loin, en train de cueillir des herbes médicinales dans les champs alentour ; leur père est à Londres pour son travail. Tous deux sont inconscients de cette maladie, de cette ombre qui plane sur leur famille et menace de tout engloutir. Porté par une écriture d’une beauté inouïe, ce nouveau roman de Maggie O’Farrell est la bouleversante histoire d’un frère et d’une soeur unis par un lien indéfectible, celle d’un couple atypique marqué par un deuil impossible. C’est aussi celle d’une maladie  » pestilentielle  » qui se diffuse sur tout le continent. Mais c’est avant tout une magnifique histoire d’amour et le tendre portrait d’un petit garçon oublié par l’Histoire, qui inspira pourtant à son père, William Shakespeare, sa pièce la plus célèbre.

Mon avis : Un peu (beaucoup ?) laborieux à lire, dans un style littéraire pas toujours entraînant. L’histoire est intéressante sur le fond, mais pour la forme, on repassera.

Sa préférée, de Sarah Jollien-Fardel

Sa préférée, de Sarah Jollien-Fardel

Résumé : Dans ce village haut perché des montagnes valaisannes, tout se sait, et personne ne dit rien. Jeanne, la narratrice, apprend tôt à esquiver la brutalité perverse de son père. Si sa mère et sa sœur se résignent aux coups et à la déferlante des mots orduriers, elle lui tient tête. Un jour, pour une réponse péremptoire prononcée avec l’assurance de ses huit ans, il la tabasse. Convaincue que le médecin du village, appelé à son chevet, va mettre fin au cauchemar, elle est sidérée par son silence. Dès lors, la haine de son père et le dégoût face à tant de lâcheté vont servir de viatique à Jeanne. À l’École normale d’instituteurs de Sion, elle vit cinq années de répit. Mais le suicide de sa sœur agit comme une insoutenable réplique de la violence fondatrice. Réfugiée à Lausanne, la jeune femme, que le moindre bruit fait toujours sursauter, trouve enfin une forme d’apaisement. Le plaisir de nager dans le lac Léman est le seul qu’elle s’accorde. Habitée par sa rage d’oublier et de vivre, elle se laisse pourtant approcher par un cercle d’êtres bienveillants que sa sauvagerie n’effraie pas, s’essayant même à une vie amoureuse. Dans une langue âpre, syncopée, Sarah Jollien-Fardel dit avec force le prix à payer pour cette émancipation à marche forcée. Car le passé inlassablement s’invite. Sa préférée est un roman puissant sur l’appartenance à une terre natale, où Jeanne n’aura de cesse de revenir, aimantée par son amour pour sa mère et la culpabilité de n’avoir su la protéger de son destin.

Mon avis : J’ai un avis plutôt mitigé. En soit, c’est bien écrit. Mais l’auteure mise trop sur la noirceur des faits et pas assez sur la psychologie de ses personnages. Ainsi, ils ne sont, pour moi, pas assez dans la nuance, comme si le fait de faire une histoire sur la violence familiale suffisait. A cause de cela, j’ai trouvé qu’on suivait les personnages, mais sans s’y attacher. Dommage.

Quelque chose à te dire, de Carole Fives

Quelque chose à te dire, de Carole Fives

Résumé : Elsa Feuillet, jeune écrivaine, admire l’oeuvre de la grande Béatrice Blandy, disparue prématurément. Cette femme dont elle a lu tous les livres incarnait la réussite, le prestige et l’aisance sociale qui lui font défaut. Lorsque Elsa rencontre le veuf de Béatrice Blandy, une idylle se noue. Fascinée, elle va peu à peu se glisser dans la vie de sa romancière fétiche, et explorer son somptueux appartement parisien – à commencer par le bureau, qui lui est interdit… Jeu de miroirs ou jeu de dupes ? Carole Fives signe avec Quelque chose à te dire un thriller troublant.

Mon avis : Voilà un thriller qui se lit vite et bien. Une certaine tension s’installe au fil des pages jusqu’à un dénouement bien ficelé, et ça fonctionne tout à fait.

La diagonale des reines, de Bernard Werber

La diagonale des reines, de Bernard Werber

Résumé : Deux femmes, deux destins, deux visions opposées du monde. L’une croit dans la force du groupe. L’autre en l’individualisme. Leur duel est inévitable… laquelle aura l’avantage ? Des années 1970 à 2050, entre guerres, attaques terroristes et espionnage, elles vont s’opposer sans répit et sans merci. Leur terrain de jeu s’étend aux quatre coins de la planète, devenue un échiquier géant dont les humains sont les pièces.

Mon avis : oui, et non. L’histoire est un peu capillotractée, et même si les personnages ne laissent pas indifférents, je n’ai pas été super emballée. Rendez-moi les Thanatonautes !

Trompe la mort, BD de Alexandre Clérisse

Trompe la mort, BD de Alexandre Clerisse

Résumé : Marcel est à la retraite et veuf. Il aime dire au cimetière du village que son heure n’est pas encore venue. Il tombe un jour sur un clairon qui lui rappelle le sien et la guerre. Cette « drôle de guerre » qui s’est achevé par la débâcle, au cours de laquelle il perdit son instrument. Marcel s’est mis en tête de trouver son clairon quand sa petite-fille passe le voir. Andréa est à la tête d’une petite entreprise : elle conduit un bus qui va de village en village, en prenant son temps. Le grand-père et la petite-fille partent de concert à la rechercher de l’instrument et des souvenirs de cette période troublée.

Mon avis : Pas d’avis, positif ou négatif

L’innocent incompris (Patrick Dills, histoire d’une erreur judiciaire), BD de Brigitte Vital Durand et Constance Lagrange

L'innocent incompris (Patrick Dills, histoire d'une erreur judiciaire), BD de Brigitte Vital Durand et Constance Lagrange

Résumé : « Le 28 septembre 1986, dans la petite ville de Montigny-lès-Metz, deux enfants sont assassinés à coups de pierres près d’une voie ferrée. Patrick Dils, jeune garçon timide, apparaît comme le coupable idéal. Comment a-t-il pu avouer un crime qu’il n’a pas commis ? Premier mineur condamné à perpétuité, il passera quinze ans sous les verrous avant d’être innocenté. La journaliste Brigitte Vital-Durand retrace les dessous de ce fait divers, offrant une virée, procès après procès, à travers les rouages d’une justice parfois aveugle. »

Mon avis : très bien, clair et révoltant.

Total mars : 5 romans et 5 bandes dessinées

Avril 2023

Mes coups de coeur

America[s], de Ludovic Manchette et Christian Niemiec

America[s], de Ludovic Manchette et Christian Niemiec

Résumé : Philadelphie, juillet 1973. Voilà un an qu’Amy est sans nouvelles de sa grande sœur partie tenter sa chance au Manoir Playboy, à Los Angeles. Inquiète, la jeune adolescente décide de la rejoindre. Pour cela, il lui faudra traverser les États-Unis. Seule. Dans une Amérique de la contre-culture secouée par le scandale du Watergate et traumatisée par la guerre du Vietnam, elle croisera la route d’individus singuliers : vétéran, couple en cavale, hippies de la dernière heure, un Bruce Springsteen encore débutant, mais aussi une certaine Lorraine, autrefois serveuse à Birmingham, en Alabama…

Mon avis : Après avoir beaucoup aimé Alabama 1963, rebelotte avec cette fois-ci, un road trip dans les années 70, à la rencontre d’une belle brochette de personnages. Top, top, top ! Je recommande à 1000% !

Rendez-vous avec le diable, tome 8 des détectives du Yorkshire, de Julian Chapman

Rendez-vous avec le diable, tome 8 des détectives du Yorkshire, de Julian Chapman

Résumé : Un vent de panique souffle sur Bruncliffe : plusieurs vols sont recensés et un terrible incendie provoque l’explosion d’une caravane. Pour couronner le tout, Mme Lister débarque à l’Agence de recherche des Vallons pour déclarer la disparition de son fils Stuart.
Incendie criminel, vols, disparition inexpliquée : tous ces incidents convergent vers un dangereux multirécidiviste. Samson et Delilah, les deux détectives les plus respectés des Vallons, mènent l’enquête…

Mon avis : J’adore les aventures de Samson et Delilah, et ce huitième tome nourrit une fois de plus mon enthousiasme pour la série. Mais surtout, c’est la montée en puissance de certains personnages secondaires (💖Ida Capstick) qui rend l’histoire encore plus addictive. Vivement le prochain !

L’heure des femmes, d’Adèle Bréau

L'heure des femmes, d'Adèle Bréau

Résumé : Paris, 1967. À l’aube de la cinquantaine, Menie, mère de famille bourgeoise, est recrutée par la radio RTL qui a décidé de renouveler ses programmes. Son rôle ? Faire parler les auditrices. En quelques semaines, c’est la déferlante. Les femmes de la France entière se confient à « la dame de cœur ». Bientôt, à l’heure de la sieste, elles seront des millions à suivre l’émission avec passion. Parmi elles, Mireille et sa sœur Suzanne, qui découvrent qu’elles aussi pourraient maîtriser leur destin. Quant à la vie de Menie, partagée entre le tourbillon d’une société libérée par Mai 68 et les tourments qu’on lui livre, elle en est totalement bouleversée. Cinquante ans plus tard, Esther, une documentariste qui peine à se reconstruire, va replonger dans ces années pas si lointaines où le sort des Françaises semble d’un autre âge.

Mon avis : Génial ! Je ne sais pas si j’ai un vrai avis sur la forme, tellement j’étais focalisée sur le reste : l’histoire de Menie Grégoire, qui a libéré la parole des femmes sur les ondes radio à partir de la fin des années 60. Vraie histoire, sur fond de fiction, pour brosser le portrait d’une femme formidable qui mérite d’être mise en lumière pour une génération qui ne l’a pas connue, mais lui doit sans doute beaucoup !

Les autres livres lus

La doublure, de Mélissa da Costa

La doublure, de Mélissa da Costa

Résumé : Passion, faux-semblants, emprise… Qui manipule qui ? Une jeune femme fragile en quête d’un nouveau départ. Un couple magnétique et fascinant prêt à lui ouvrir les portes de son monde doré. Un trio pris au piège d’un jeu cruel et d’une dépendance fatale.

Mon avis : Wah ! On est très très loin du magnifique Tout le bleu du ciel. D’ailleurs, je le reconnais sans peine, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman, tant il est noir, violent, pervers. Mais, en refermant le livre, à la dernière page, j’ai admis que c’est peut-être un livre réussi. Au début, j’ai vraiment cru que Mélissa da Costa voulait casser son image, et aller sur quelque chose de différent, juste pour le plaisir de faire quelque chose de différent, et que c’était un peu poussif, voire gratuit dans sa violence. Mais au fil des pages, on reconnaît une certaine maîtrise de la descente aux enfers, des personnages bien plus complexes et un final qui ne laisse personne indemne. Pas mon préféré de l’auteure, mais une expérience de lecture intéressante au final.

Le dernier témoin d’Oradour sur Glane, de Robert Hébras, Agathe Hébras et M. Boufigi

Le dernier témoin d'Oradour sur Glane, de Robert Hébras, Agathe Hébras et M. Boufigi

Résumé : Le 10 juin 1944, lorsqu’une unité de la Waffen SS investit Oradour-sur-Glane, Robert Hébras a l’insouciance d’un jeune homme loin de la guerre, tout à son match de foot du lendemain. L’Histoire en décidera autrement. En ce sombre samedi, dans le paisible village de Haute-Vienne, les nazis vont commettre le plus grand massacre de civils de la Seconde Guerre mondiale : 643 morts dont plus de 450 femmes et enfants assassinés dans l’église. Seule une poignée de personnes réchapperont de cet enfer, dont Robert Hébras. Près de quatre-vingts ans après les faits, le drame résonne toujours en lui. Dans les ruines du village, il emmène Agathe, sa petite-fille, dès son plus jeune âge, et lui raconte Oradour. Sa jeunesse, sa mère et ses sœurs perdues dans l’église, et cette journée tragique dans chaque détail mais dont le récit est nécessaire à la sauvegarde de la mémoire. Agathe s’imprègne de chaque mot, de chaque anecdote. Sous l’œil bienveillant de Robert naît peu à peu en elle une évidence, comme un besoin : devenir la gardienne de l’histoire de son grand-père et de celle du village-martyr. Pour transmettre, inlassablement, ce témoignage aux générations futures, et ne jamais oublier.

Mon avis : Ce livre est un documentaire, nécessaire pour le devoir de mémoire, alors que Robert Hébras, le dernier survivant du massacre, est décédé récemment. A lire.

Le secret de la Cité sans soleil, de Gilles Legardinier

Le secret de la Cité sans soleil, de Gilles Legardinier

Résumé : Près de huit siècles après sa chute, la forteresse de Montségur n’a toujours pas livré son secret. Quel est donc ce fabuleux trésor que Templiers et cathares ont protégé au prix de leur vie ? Quel inestimable savoir rapporté des confins du monde cachent encore les entrailles du vénérable nid d’aigle ?Quelques hommes que rien ne destinait à vivre cette aventure vont devoir exhumer d’urgence cet héritage avant qu’il ne tombe aux mains de ceux qui veulent en faire l’instrument du chaos. Pour avoir une chance de réussir, il va leur falloir résoudre les énigmes, affronter l’inconnu, et surtout survivre aux pièges… Contre la montre, confrontés à ceux qui les menacent, ils n’ont pas d’autre choix que d’achever ce que leurs prédécesseurs ont commencé en 1244…

Mon avis : Oui, non, peut-être. Une fois de plus, Gilles Legardinier est capable de nous plonger dans un univers historique passionnant (les secrets des cathares et templiers), mais ce roman, exhumé de son grenier, manque de consistance sur les personnages principaux. Par exemple, ils n’ont pas vraiment de contexte (pas de famille, de passé, d’histoire), on ne sait d’eux quasiment que le présent : c’est une ficelle un peu grosse pour apprécier pleinement le livre.

Total avril : 6 livres

 

 

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les prochains articles du blog !

Pas de spam ! Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.

Nelly Glassmann
Nelly Glassmann

Slasheuse créative / consulting en éditorial web déco-lifestyle / blogueuse passionnée deco DIY &food / animation d'ateliers créatifs / design d'intérieur, etc.

Publications: 444

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.