Déco

Retour sur ma formation à l’Institut de Design d’Intérieur

Après 9 mois passionnants, j’ai enfin terminé ma formation auprès de l’Institut de Design d’Intérieur (IDI) ! Mon dernier devoir a été rendu et corrigé, et il ne me reste finalement plus qu’à recevoir mon diplôme. Ce sera la cerise sur le gâteau d’une aventure très enrichissante pour moi, à bien des égards. Et si j’en ai peu parlé jusqu’à présent, c’est parce que je souhaitais partager une expérience complète, plutôt qu’un avis partiel. Il est donc temps de faire le point sur cette formation en ligne de designer d’intérieur.

Retour sur ma formation à l'Institut de Design d'Intérieur

A noter : je ne suis absolument pas sponsorisée ni missionnée par l’Institut de Design d’Intérieur pour parler de cette formation. Je partage ici mon avis avec enthousiasme, en toute sincérité 🙂

Présentation de la formation

Tout d’abord, c’est quoi la formation dispensée par l’IDI ? Il s’agit d’un cours en ligne autour de la décoration d’intérieur, découpé en 12 modules en pdf. Chaque module devient accessible dès lors où le précédent a été validé par un rendu de devoir. On obtient donc 12 notes, au fur et à mesure, et un diplôme à la fin. Mais attention, la formation n’a pas seulement vocation à fournir les enseignements nécessaires à un futur designer d’intérieur. Elle vise au moins autant à développer la créativité de chacun, et c’est un aspect primordial à retenir.

Car si le parcours commence avec des connaissances générales, très théoriques autour des grands principes du design, des bases architecturales, pour aller au fil du temps jusqu’à une mise en pratique très concrète des enseignements (réalisation de plans, planches, devis…), il encourage à chaque étape à trouver son style et le défendre.

Une tutrice dédiée, la même pendant toute l’aventure, note les devoirs, mais est également disponible pour répondre aux questions. Cela m’est souvent arrivé pour vérifier ma compréhension des énoncés de devoir. De plus, un groupe Facebook privé, réservé aux étudiants, permet d’échanger et de s’entraider au besoin.

Retour sur ma formation à l'Institut de Design d'Intérieur

Comme il s’agit d’une formation en ligne, aucun déplacement n’est nécessaire. Les étudiants, francophones, viennent de France, Belgique, du Canada, d’Afrique…, et planchent de chez eux. Il existe également d’autres versions du cours, qui est disponible dans plus de 20 pays. De la même manière, il n’y a pas de période de rentrée, chacun démarre sa formation quand il le souhaite, et travaille à son rythme. Certains parviennent à en voir le bout en 3 mois, d’autres auront besoin d’un an. L’inscription permet d’accéder au site pendant 1 an, mais il est possible de payer un supplément pour prolonger ce délai.

Le contexte

Il ne serait pas correct de poursuivre cet article sans évoquer le hasard qui m’a amenée à suivre cette formation. Tout est parti d’Instagram, et de Clémence, du blog Turbulences Déco. Nous étions début octobre 2018, quand je suis tombée sur un concours qui a retenu mon attention. Clémence mettait en jeu une formation en ligne d’un an avec l’Institut de Design Intérieur. Pour participer, il fallait expliquer en quoi cette formation nous intéressait. Je suis partie du raisonnable principe qui veut que « 100% des gagnants ont tenté leur chance », j’ai laissé mon commentaire, et je suis passée à autre chose…

Quelques jours plus tard, c’est la grande surprise quand une notification de Clémence m’apprend que j’ai été tirée au sort !

Et c’est là où je dois peut-être évoquer rapidement pourquoi j’ai tenté ma chance, pour celles et ceux qui liraient cet article sans connaître mon parcours pro. Entre autres lignes sur mon CV, il y a mes 6 années à la rédaction de Cotemaison.fr, en tant que journaliste, responsable de l’animation éditoriale et communautaire du site. La décoration, je suis tombée dedans avec ce job, entre 2010 et 2016. En quittant mon poste, j’avais hésité à me lancer dans une reconversion dans la décoration d’intérieur, abandonnant très vite cette idée par manque de légitimité. Savoir faire du pain ne rend pas boulangère, savoir parler de décoration ne rend pas non plus décoratrice. Finalement, l’envie de me reconvertir professionnellement est revenue en 2018, mais sans savoir dans quel domaine (ni comment). Ce petit signe du destin m’a offert une orientation bienvenue…

J’ai donc commencé la formation le 16 octobre 2018. Hormis le fait que j’aie bénéficié d’une inscription gratuite, tous les autres aspects de la formation sont pareils que pour les autres étudiants. Mais très rapidement, j’ai compris que le fait de ne pas avoir acheté mon ticket d’entrée pourrait être un gros inconvénient : quand on débourse une somme, quelle qu’elle soit, on n’a guère envie de perdre son argent. C’est donc une énergie supplémentaire pour ne pas lâcher l’affaire. Moi, je n’avais rien à perdre à ne pas aller au bout de la formation, ça ne m’avait rien coûté. Ainsi, il m’a fallu être encore plus motivée pour persévérer jusqu’à l’ultime module…

Retour sur ma formation à l'Institut de Design d'Intérieur

Ma méthodologie

Dans la théorie, si on considère qu’il y a 12 modules, et 1 an pour faire la formation, ça fait 1 module par mois. Dans les faits, j’ai fait les trois premiers modules en 2/3 semaines, ce qui m’a permis de me laisser une marge de manœuvre pour les suivants, au cas où. En revanche, je m’étais quand même fixée un délai d’un mois au maximum pour chaque module, pour maintenir le rythme. Il m’arrivait parfois de ne pas travailler pendant 10/15 jours (notamment lors des vacances scolaires), et certains modules m’ont demandé plusieurs semaines de travail. Il était donc primordial d’être rigoureuse pour ne pas perdre le fil ! A la fin, je m’interdisais même de faire de la couture, tant que je n’avais pas rendu mon devoir. C’était frustrant, mais efficace !

Les premiers cours étant très théoriques, je prenais des notes, beaucoup de notes. Je n’avais alors pas d’imprimante, et lisais les pdf sur l’ordinateur. Est-ce une méthode efficace ? Pas sûre ! J’ai passé un temps fou à tout noter, jusqu’au 5ème ou 6ème module. Après, je me suis contentée de bien lire les cours, en version imprimée. Je vous recommande d’ailleurs le format « livret » pour l’impression, ça use moins de feuilles, ça prend moins de place, et relié, ça fait un support de cours agréable !

Retour sur ma formation à l'Institut de Design d'Intérieur

Les cours en pdf sont assez conséquents, 70/90 pages généralement. Une fois les notions assimilées, le devoir à rendre permet une mise en pratique. Pour les trois premiers modules, c’est du décryptage de photos. A partir du quatrième, ça se corse parce que les exercices deviennent concrets et m’ont demandé pas mal de recherches en amont. Il a fallu rendre un plan de sol, puis un plan d’éclairage, des compositions de couleurs, des planches tendance, des planches shopping, un cahier des charges, un devis, une projection conique à un point de fuite…

Je me souviens, alors que j’étais au premier tiers de la formation, avoir jeté un œil aux intitulés de modules suivants. J’ai pensé que je n’en serais jamais capable, que c’était trop compliqué ! Et finalement, les modules se sont enchaînés en douceur, les apprentissages m’ont mise en confiance, et j’ai terminé le douzième sans problème ! Rien d’impossible, donc.

Mes deux conseils pour mener à bien cette formation

La formation se prévoit sur le moyen terme. 12 mois, ça peut sembler long, surtout quand on a déjà une vie bien remplie. Il faut donc de la discipline pour mener à bien ce projet et tenir la distance. En même temps, c’est un format d’études particulièrement adapté aux personnes qui ont justement déjà un quotidien chargé, soit d’un point de vue familial, soit professionnel. Il faut juste être organisé et maintenir la procrastination à distance…

Retour sur ma formation à l'Institut de Design d'Intérieur

Pour les devoirs, à mon humble avis, et au vu de ma propre expérience, il est nécessaire de compléter les pdf. Non qu’ils soient incomplets. Mais plutôt parce qu’il est compliqué d’être exhaustif sur un sujet avec un document « figé ». Ce n’est pas une critique de la formation, loin de là. Mais il me semble utile de préciser ici qu’un travail personnel complémentaire pour développer les notions et techniques est fortement recommandé. Il faut être prêt à passer du temps à la bibliothèque, sur Internet, en librairie, pour compléter les acquis. Et puis, il faut passer du temps pour récupérer des catalogues, des nuanciers, des contacts. Des éléments qui, en tant qu’ex-journaliste, me semblaient faciles au premier abord, et se sont révélés plus chronophages que prévu. Idem pour les techniques, que ce soit sur ordinateur (je me suis lancée avec Sketchup) ou dessin à la main, ça demande de la pratique, et donc du temps.

A lire aussi : Design d’intérieur & décoration : mes lectures inspirantes

Mon avis sur la formation

Comme évoqué en début d’article, après 9 mois de formation, j’ai rendu mon dernier devoir la semaine dernière. Il y a une certaine émotion à considérer le chemin parcouru, et surtout de voir que j’ai rempli mon objectif d’aller au bout. Tout du long, je ne me suis jamais dit que je deviendrai designer d’intérieur. J’ai toujours nuancé en disant que je prendrai ma décision le jour où je serai diplômée, une fois que j’aurai pu juger de la consistance de mes nouvelles compétences…

Et nous y sommes ! Alors, est-ce suffisant ou pas pour se lancer ? Ma réponse, qui n’engage que moi, est oui. Parce que, d’une part, j’ai travaillé dur pendant 9 mois, je me suis beaucoup investie dans chaque module. Mais aussi d’autre part, parce que j’ai, en parallèle, pu avancer dans mes réflexions pro. Ceci me permet d’envisager d’offrir mes services de décoratrice d’intérieur, sans renier mon premier métier, relié au web. Il aura fallu attendre la lecture de l’ouvrage de Marielle Barbe, Profession slasheur, pour enfin déculpabiliser, et assumer de ne pas avoir un seul métier. Je vous en reparlerai le jour où mon nouveau site pro sera en ligne 😉

Pour revenir à la formation en elle-même, j’ai aimé les modules très clairs, bien illustrés. J’ai apprécié le bon esprit qui anime les étudiants sur le groupe privé. De la même manière, j’ai été très sensible à la bienveillance et aux commentaires encourageants de ma tutrice. J’ai adoré l’idée pas si évidente au premier abord de reprendre des études à 34 ans et d’apprendre plein de nouvelles choses. Clairement, ça m’a fait sortir de ma zone de confort et ça fait un bien fou !

Retour sur ma formation à l'Institut de Design d'Intérieur

Bon à savoir

La formation est diplômante, car des notes sont attribuées aux devoir qui permettent de vérifier les acquis au fur et à mesure. Néanmoins, le diplôme n’est pas reconnu par l’Etat, ce qui n’est franchement pas un problème : un portfolio bien rempli sera toujours plus attractif qu’un bout de papier…

La formation de l’IDI ne prétend pas remplacer une formation classique, dans une école « physique ». La cible n’est pas la même, les enjeux non plus. Je n’ai pas encore évoqué le prix, mais la formation en design d’intérieur de l’IDI coûte environ 800 euros. Je vous laisse vous renseigner sur une formation en école, il me semble que c’est un tout autre budget (même si 800 euros restent conséquents, je ne dis pas le contraire).

Il n’est pas obligatoire d’investir davantage pour faire la formation. Si les outils de CAO/DAO sont évoqués, rien n’interdit de faire du dessin au crayon et de scanner ses devoirs. Il n’y aucune discrimination à ce niveau, chacun fait comme il veut/peut.

Pour ma part, j’ai investi dans Sketchup à Noël, après l’avoir testé en version gratuite. J’ai également acheté un kutch (une règle à échelles) trouvé pour quelques euros chez Sostrene Grene. Et plus récemment, j’ai opté pour des Promarkers et des feutres de précision, afin de travailler mes croquis et plans sur papier également. J’ai beaucoup emprunté à la bibliothèque avant d’investir dans quelques ouvrages de référence, qui me seront encore utiles à l’avenir. Finalement, j’ai compensé le fait de ne pas avoir payé la formation en mettant un peu de budget sur le matériel (ce que je considère comme un investissement à rentabiliser…^^).

Retour sur ma formation à l'Institut de Design d'Intérieur

Je ne sais pas si j’ai fait le tour, mais je me tiens à la disposition de celles et ceux pour répondre à vos questions en commentaires.


Et si vous avez envie de suivre cette formation, je peux vous parrainer : en suivant ce lien vers l’Institut de Design d’Intérieur, vous bénéficiez de 100 euros de remise. Soit la formation à 699 euros.


Je termine cet article par un premier merci à Clémence, parce que sans son concours, je n’aurais sans doute jamais franchi le cap d’une telle formation. Ensuite, je remercie chaleureusement Gina, pour son accueil et sa disponibilité pour les étudiants, et Fabienne, ma tutrice, pour la bienveillance de ses corrections. Et un dernier merci tout particulier pour mes proches, qui m’ont soutenue ces derniers mois dans cet objectif. Ça aide à ne rien lâcher 😉

Désormais, il n’y a plus qu’à… 🙂

 

4 Comments

  • Reply
    Nuage de Lait
    15 juillet 2019 at 21 h 30 min

    Bravoooo félicitations

  • Reply
    La Parisienne du Nord
    16 juillet 2019 at 6 h 20 min

    Bravo et félicitations ! Tu peux être fière de toi. Et je sais très bien ce que tu ressens car j’ai moi-même fini une formation d’un an début janvier. Reprendre ses études apporte une certaine satisfaction, surtout après tous les efforts que ça demande.

  • Reply
    Noémie
    31 juillet 2019 at 11 h 53 min

    Un blog magnifique et très agrèable à lire!
    J’avais déjà envi de faire cette formation mais tu m’as convaincu.

  • Reply
    4murset1toit
    9 août 2019 at 8 h 09 min

    Je tombe sur ton article via le groupe Facebook. J’ai moi même gagné cette formation le mois dernier sans y croire!
    En congé parental, avec des projets plein la tête pour ma reprise d’activité, cette formation tombe au bon moment…comme si c’était un signe!
    Merci pour ces conseils. J’ai hâte de commencé même si avec 3 enfants en pleines vacances scolaires, j’avoue que le temps me manque un peu.

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.